Quels sont les droits et devoirs des salariés en matière de sécurité informatique | Denis JACOPINI

Quels sont les droits et devoirs des salariés en matière de sécurité informatique

Il n’est pas rare que des salariés soient surpris en train, au sein de leur entreprise,d’utiliser des outils de type Keylogger – permettant l’enregistrement des touches utilisées sur le clavier – et des logiciels visant à capter et à forcer les mots de passede sessions de systèmes d’exploitation. 

 

Or, dans la majorité des cas, aucune sanction n’est prise par les employeurs, y compris lorsque les auteurs des faits sont animés d’intentions malveillantes et non simplement ludiques.

 

Dans un raisonnement inspiré du droit du travail, l’employeur – arguant par exemple de ne pas disposer de charte de sécurité informatique spécifiant les comportements à respecter, ainsi que les sanctions applicables – estime qu’à défaut d’avoir porté par écrit à la connaissance de l’employé la réglementation en vigueur au sein de l’entreprise, celui-ci ne peut être légalement sanctionné.

 

Il est important de rappeler que le seul fait de collecter des données à caractère personnel par un moyen frauduleux est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende (article 226-18 du Code pénal) et ce, quelles que soient les intentions du salarié. De même, le fait de s’introduire frauduleusement dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données est puni de deux ans de prison et de 30 000 euros d’amende (article 321-1 du même code). La loi est d’application directe et ne nécessite pas d’être citée dans une charte informatique pour en assurer le respect par les salariés. Les employeurs peuvent donc prendre immédiatement les sanctions afférentes à une telle faute.

En outre, la responsabilité de l’employeur peut se voir engagée par ce type d’agissements, sur la base de plusieurs fondements :

  • la personne cible/victime des menées de son/ses collègues pourra, en cas de dommage, agir contre l’employeur, responsable de ses salariés. Il reviendra alors à la société de prouver que le mis en cause a agi « hors des fonctions auxquelles il était employé, sans autorisation et à des fins étrangères à ses attributions », ce qui est rarement admis en pratique.
  • de par la jurisprudence « Sarenza c/ Jonathan » du 21 février 2013, le juge a précisé que la société devait supporter, à hauteur de 30%, son propre dommage, engendré par les lacunes dans la gestion des identifiants d’accès aux bases de données. Le juge a donc instauré l’obligation, pour l’employeur, de mettre en place des mesures de protection informatique efficaces, afin de prévenir l’installation de tout logiciel espion.
  • Enfin, la plupart des logiciels utilisés à ces fins proviennent de téléchargements, susceptibles de contenir des virus. Les réseaux internes des entreprises sont  régulièrement infectés par ce biais, ce qui facilite les intrusions informatiques et, partant, l’accès, l’utilisation, l’extraction, voire la destruction de données stratégiques pour l’entreprise.

 

 

Préconisations de la DGSI

La DGSI recommande à toute entreprise :

  • En priorité, d’établir une charte de sécurité informatique qui permettra de sensibiliser les salariés aux enjeux numériques, tout en les responsabilisant.
  • D’organiser régulièrement des conférences de sensibilisation à destination de l’ensemble des collaborateurs, qui insisteront sur leurs droits et obligations à l’ère du tout-numérique et dispenseront des mises à jour sur les évolutions technologiques en cours.
  • De mettre en place des mesures de protection efficaces afin de prévenir l’utilisation potentielle de logiciels et matériels espions. L’existence de tels dispositifs de sécurité informatique permettra à l’employeur de dégager sa responsabilité juridique et d’optimiser le bon fonctionnement de son entreprise en augmentant le niveau de protection.

 

 

Vous avez besoin de recueillir des preuves, expertiser un système informatique, vérifier des contenus, Denis JACOPINI peut vous conseiller, vous accompagner et réaliser toutes les phases techniques nécessaires à la constitution d’un dossier juridique solide.

Contactez Denis JACOPINI

 

 


Nous organisons régulièrement des actions de sensibilisation ou de formation au risque informatique, à l’hygiène informatique, à la cybercriminalité et à la mise en conformité auprès de la CNIL. Nos actions peuvent aussi être personnalisées et organisées dans votre établissement.
Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez-nous

Denis JACOPINI
Tel : 06 19 71 79 12
formateur n°93 84 03041 84

 

 


Expert Informatique assermenté et formateur spécialisé en sécurité Informatique, en cybercriminalité et en déclarations à la CNIL, Denis JACOPINI et Le Net Expert sont en mesure de prendre en charge, en tant qu’intervenant de confiance, la sensibilisation ou la formation de vos salariés afin de leur enseigner les bonnes pratiques pour assurer une meilleure sécurité des systèmes informatiques et améliorer la protection juridique du chef d’entreprise.

Contactez-nous


 

Cet article vous plait ? Partagez !
Un avis ? Laissez-nous un commentaire !

 

Source : http://www.ccirezo-normandie.fr/document/104108-flash-ingerence-economique-n-15-rappel-des-droits-et-devoirs-des-salaries-en-entrepr

 

 

image_pdfimage_print
Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Abonnez-vous (Gratuit)           Restez informé sur la sécurité informatique, la protection des données personnelles et la cybercriminalité

S'inscrire :

Derniers articles

Accès direct aux Thèmes


Le Net Expert - 1, les Magnolias - 84300 Cavaillon
Contactez-nous - Newsletter - Mentions légales
Connexion à distance