Bénin

L’arnaqueur Chinaper Chinapa roi de l’escroquerie sur Internet enfin arrêté

L’arnaqueur Chinaper Chinapa roi de l’escroquerie  sur Internet enfin arrêté Il se nomme Chinaper Chinapa, un arnaqueur de Côte d’Ivoire qui vient d’être arrêté. Il arnaquait des hommes et des femmes sur Internet. Les scammeurs, les brouteurs, bref les escrocs qui s’attaquent aux internautes sont légions sur la toile. Ils usent de multiples arnaques pour soutirer de l’argent à leurs victimes. Ils jouent ensuite les  « rois » dans leur quartier. Parmi les pièges usités : l’arnaque à l’amour, le wash-wash, la création de billets, le faux mail d’inquiétude d’un proche perdu, la fausse location ou loterie… Pour Chinaper Chinapa, chaussures et portes feuilles magiques en bonus ! Je possède une liste d’une quarantaine d’arnaques possibles mises en place par les brouteurs. Chinaper Chinapa le chenapant ! L’un des « rois » des brouteurs se nommait Chinape Chinapa. L’amateur de casquettes et baskets « bling-bling » se faisait passer pour un « magicien ». Il affirmait être capable de faire sortir des billets de chaussures, de boite magique. Il avait aussi mis en place des arnaques amoureuses, se faisant passer pour des hommes et des femmes à la recherche de l’âme sœur. Il volait les photos sur Facebook et « chassait », ensuite, sur des sites de rencontres. J’ai pu croiser cet escroc de Chinaper Chinapa, il y a quelques mois, dans son pays (il se baladait aussi beaucoup au Bénin). Ce « roi » des boites de nuit qui sortait les billets de banque plus vite que 007 son Walther PPK. Mi juin 2016, l’homme avait été tabassé par des personnes qu’il avait escroquées. Quinze jours plus tard, la police lui mettait la main dessus pour une série d’escroqueries. Arrêté par la police début juillet, détail confirmé par le journal Koaci. Le flambeur s’est retrouvé les menottes aux poignets dans son appartement de Cocody. Il est accusé d’activités cybercriminelles et de multiples escroqueries. Pas évident que sa « magie » fonctionne dans la prison d’Abidjan.     Un ami a besoin de vous 15h, un courrier signé d’un de vos amis arrive dans votre boîte mail. Pas de doute, il s’agit bien de lui. C’est son adresse électronique. Sauf que derrière ce message, il y a de forte chance qu’un brouteur a pris la main sur son webmail. Les courriels « piégés » arrivent toujours avec ce type de contenu « Je ne veux pas t’importuner. Tu vas bien j’espère, puis-je te demander un service ?« . Le brouteur, par ce message, accroche sa cible. En cas de réponse de votre part, l’interlocuteur vous sortira plusieurs possibilités liées à sa missive « J’ai perdu ma carte bancaire. Je suis coincé en Afrique, peux-tu m’envoyer de l’argent que je te rembourserai à mon retour » ; « Je voudrais urgemment recharger ma carte afin de pouvoir régler mes frais de déplacement et assurer mon retour. J’aimerais s’il te plaît, que tu me viennes en aide en m’achetant juste 4 coupons de rechargement PCS MASTER CARD de 250 € puis transmets moi les codes RECH de chaque coupon de rechargement, je te rembourserais dès mon retour« . Je possède plus d’une centaine de variantes d’excuses. Bien entendu, ne répondez pas, ne versez encore moins d’argent. Attention, selon les brouteurs, des recherches poussées sur leurs […]

Le Bénin, capitale de la cyber-arnaque en Afrique de l’Ouest

Le Bénin, capitale de la cyber-arnaque en Afrique de l’Ouest Au Bénin, les cybercriminels sont habituellement connus sous le nom de “Gaymans.” Les premières méthodes d’escroquerie concernaient les réseaux de jeunes se faisant passer pour des homosexuels, pour appâter des personnes de la même orientation sexuelle dans les pays occidentaux, d’où le nom de “Gayman” donné à la plupart des cybercriminels opérant à partir du Bénin. Le phénomène fait son apparition dans les années 2000 et se caractérise essentiellement par des arnaques en ligne par des individus sans connaissance particulière en informatique, mais avec de solides atouts en psychologie. Pour Nicaise Dangnibo, le directeur de l’’Office central de répression de la cybercriminalité (OCRC), une unité spéciale de la police béninoise, “le phénomène a pris ses racines à partir du Nigeria, l’un des tout premiers pays d’Afrique de l’Ouest confrontés au phénomène de la cybercriminalité.” Avec les premières mesures de rétorsion mises en place par les autorités nigérianes, les cybercriminels se sont massivement délocalisés au Bénin et en Côte d’Ivoire. Ces derniers copiaient sur Internet des photos de jeunes hommes “beaux et musclés” à la recherche de l’âme soeur. Les méthodes d’escroquerie se sont ensuite diversifiées, pour s’étendre au love chat, au porno-chantage, puis à des montages complexes de fausses affaires.   “Internet a certes révolutionné le monde au point qu’il serait difficile d’imaginer un autre monde sans internet ; mais, autant les coupeurs de routes existent et pourtant nous circulons sur nos routes, autant les flibustiers existent et pourtant nous naviguons sur les eaux ; autant les cybercriminels existeront toujours et nous allons toujours surfer sur le net.” Pierre Dovonou Lokossou Gestionnaire de projets technologiques     Selon Pierre Dovonou Lokossou, gestionnaire de projets technologiques, “la première arnaque via l’Internet au Bénin a eu lieu deux ans après l’arrivée du web dans le pays. Il s’agissait d’un Nigérian se prénommant Christopher qui avait escroqué un pasteur américain (Jim), en se faisant livrer 40 ordinateurs, 10 imprimantes et un millier de bibles, en échange d’un chèque délivré par une banque fictive”. Pierre Dovonou Lokossou raconte qu’à cette époque, “la plupart des mails indésirables (spams) provenant du Bénin étaient en anglais. La répression des actes de cybercriminalité au Nigéria avait vite fait de déverser au Bénin et dans la sous-région de jeunes Nigérians qui pouvaient désormais poursuivre en toute impunité leurs sales besognes…” “Par la suite, ajoute-t-il, de l’anglais, les spams ont commencé à être rédigés dans un français approximatif, signe qu’avec le séjour de ces cybercriminels anglophones au Bénin, l’apprentissage de la langue française a été mis à contribution.” Mais actuellement, à en croire le gestionnaire de projets, “le phénomène a pris de l’ampleur dans toute la sous-région ouest-africaine”. “Aussi bien des Béninois que des Togolais et des Burkinabè, des Nigériens et des Ivoiriens s’adonnent à cœur joie à ce cyber-banditisme”, précise-t-il.     Offres de vente Il s’agit le plus souvent de propositions de prêts, voire de dons ou d’offres de vente assez diversifiées diffusées sur des sites internet, ou parfois envoyées sous forme de spams aux internautes. Les offres de vente vont des appareils électroménagers aux métaux précieux en passant par les téléphones […]

image_pdfimage_print

Accès direct aux Thèmes

Derniers articles


Le Net Expert - 1, les Magnolias - 84300 Cavaillon
Contactez-nous - Newsletter - Mentions légales
Connexion à distance