Référencement de Sites Internet

Quelques conseils pour vendre sur internet | Denis JACOPINI

Quelques conseils pour vendre sur internet… La vente en ligne est souvent perçue par les TPE comme un moyen simple et rapide de faire croître de manière importante leur chiffre d’affaires. Cependant, force est de constater que la réalité est plus contrastée. En effet, selon une étude CCM Benchmark, 36% des sites marchands ne gagnent pas d’argent. (http://stratup.net/l-e-commerce-la-fin-d-un-eldorado/)    La vente en ligne peut être un canal de vente complémentaire aux canaux de ventes traditionnels. Avant de créer son propre site de vente en ligne, une TPE devra donc se poser certaines questions : Est-ce que mon produit se prête à un achat sur internet ? Est-ce que j’ai du temps à consacrer à la création et surtout à l’animation / gestion de mon site ? Comment vais-je faire connaître mon site et attirer des visiteurs ?     Pour aider les dirigeants à mettre en place de tels projets, des spécialistes du monde des TPE existent. Ils peuvent faciliter la mise en œuvre d’une boutique en ligne notamment en déchargeant les dirigeants des aspects techniques (référencement naturel, lien avec plateformes de paiement) et des opérations de web marketing. Ce dernier aspect est particulièrement critique pour la réussite du projet et nécessite des efforts importants. En effet, il ne suffit pas de créer une boutique en ligne pour commencer à vendre. Il faut aller chercher le client et le convaincre que ce produit est celui qui lui faut.     Différentes opérations marketing peuvent être envisagées : Campagne d’e-mailings à destination de la base de clients connue de la TPE (ou plus large) Améliorer sa position sur les moteurs de recherche pour être placé dans les premières positions Diffusion de bannières redirigeant vers le site de la TPE sur un réseau de sites internet affiliés Référencement du catalogue de la TPE au sein de sites de comparateurs tels que Kelkoo ou Shopping L’ensemble du plan marketing doit être soigneusement étudié entre la TPE et le partenaire en fonction de la cible client et des objectifs à atteindre. Aux exemples précédents peuvent ainsi s’ajouter d’autres moyens ONLINE (animation de communautés) ou OFFLINE (pubs papiers, relations presse), tout en veillant à ce qu’ils soient adaptés à la taille de la TPE.   Expert Informatique assermenté et formateur spécialisé en sécurité Informatique, en cybercriminalité et en déclarations à la CNIL, Denis JACOPINI et Le Net Expert sont en mesure de prendre en charge, en tant qu’intervenant de confiance, la sensibilisation ou la formation de vos salariés afin de leur enseigner les bonnes pratiques pour assurer une meilleure protection juridique du chef d’entreprise. Contactez-nous   Après cette lecture, quel est votre avis ? Cliquez et laissez-nous un commentaire…   Source : http://www.fiducial.fr/Espace-Conseils/Vendre-sur-internet2 Par Julien Nirom, responsable marketing – FIDUCIAL    

« iPhone à 1 € !!!! » : l’Europe épingle Facebook, Twitter et Google sur les publicités mensongères

« iPhone à 1 € !!!! » : l’Europe épingle Facebook, Twitter et Google sur les publicités mensongères Publicités, confidentialité ou encore respect des droits des consommateurs : Bruxelles a souhaité mettre au clair ses demandes auprès des grands réseaux sociaux. Épinglés par l’Union sur différent dossiers, Facebook, Google et Twitter ont désormais un mois pour appliquer les changements exigés.     Ce vendredi, la Commission européenne a finalement mis en demeure les trois principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Google+) qui agacent Bruxelles sur de nombreux dossiers. Avertie notamment par les régulateurs de concurrence des pays de l’UE, la Commission voulait mettre fin à de nombreuses pratiques publicitaires illégales au sein des frontières européennes. Mais Bruxelles ne s’en est pas tenu à une simple auscultation des publicités des réseaux, l’exécutif européen a également tenu à évaluer minutieusement la gestion des données personnelles et la réactivité des réseaux face aux contenus illégaux. UN MOIS POUR EN FINIR AVEC LES IPHONE À 1€ Désormais, après avoir rencontré ce jeudi les autorités européennes, les entreprises, Facebook, Twitter et Google, disposent d’un mois pour changer leurs pratiques en adéquations avec les exigences légales. Les autorités auraient proposé aux dirigeants certains aménagements pour s’adapter au cadre juridique européen selon Reuters. Dans le viseur de la Commission,  les procédures juridiques entre consommateur européen et société américaine. Pour Věra Jourová, commissaire européenne chargée de la justice, « il est inacceptable que les consommateurs de l’Union puissent seulement saisir une juridiction californienne en cas de litige.  »     Mais elle n’a pas épargné la publicité mensongère, les arnaques, et le contenu sponsorisé mal identifié : la Commission a notamment visé les fameuses arnaques qui proposent « des iPhone ou iPad à 1 euro mais étant associées à un abonnement de longue durée caché, pour plusieurs centaines d’euros par an   » explique les autorités bruxelloises qui prennent très au sérieux cette affaire. Du côté des grandes entreprises américaines, Google assure déjà procéder à un examen approfondi de ces conditions. Facebook et Twitter préfèrent encore garder le silence sur les requêtes de Bruxelles. En dehors des dossiers publicitaires, qui sont nécessairement sensibles pour les deux sociétés, la question de la modération et de la gestion de contenus calomnieux reste un problème douloureux du côté de Facebook comme du côté de Twitter. Les deux réseaux sont par ailleurs également pressés par l’Allemagne qui exigera prochainement une réactivité forte dans la lutte contre la désinformation et la calomnie sur les plateformes, sous peine sinon de voir la République Fédérale pénaliser Facebook d’une amende pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros. Notre métier : Vous aider à vous protéger des pirates informatiques (attaques, arnaques, cryptovirus…) et vous assister dans vos démarches de mise en conformité avec la réglementation relative à la protection des données à caractère personnel. Par des actions d’expertises, d’audits, de formations et de sensibilisation dans toute la France et à l’étranger, nous répondons aux préoccupations des décideurs et des utilisateurs en matière de cybersécurité et de mise en conformité avec le règlement Européen relatif à la Protection des Données à caractère personnel (RGPD) en vous assistant dans la mise en place d’un Correspondant Informatique et Libertés (CIL) […]

Vers une nouvelle plainte européenne contre Google

Vers une nouvelle plainte européenne contre Google Google n’en a pas encore fini avec sa série de déboires judiciaires. Alors que le géant américain fait l’objet d’investigations à propos de son moteur de recherche et de sa plate-forme Androïd pour abus de position dominante, on apprend que le groupe américain pourrait être visé par une nouvelle enquête toujours de la part de la Commission européenne. Cette fois, cela concerne le cœur de l’entreprise, à savoir les services publicitaires. Le site generation-nt.com qui reprend Bloomberg indique que la nouvelle procédure serait indépendante de deux précédentes et suivre son propre cours. Elle découle d’une procédure lancée depuis 2010 et qui concernerait des contrats avec des clients de Google dont le but était d’écarter l’utilisation de services concurrents. Seulement, l’action annoncée pourrait être très coûteuse pour le géant américain parce qu’elle touche un domaine qui représente la majeure partie des solides revenus de Google, soit plus de soixante-quatorze milliards de dollars, seulement pour l’année 2015. Une perspective à laquelle il serait très difficile d’échapper puisque generation-nt.com nous apprend que Google a déjà épuisé ses possibilités de négociations avec la Commission européenne…. [Lire la suite]   Réagissez à cet article Source : Vers une nouvelle plainte européenne contre Google | CIO-MAG

Les pirates du SEO s’attaquent à Google Search Console | Le Net Expert Informatique

Les pirates du SEO s’attaquent à Google Search ConsoleInformatique Le spécialiste en sécurité Sucuri alerte sur la recrudescence d’attaquants qui se font passer pour les véritables propriétaires de sites web sur le service Google Search Console afin de détourner le trafic vers des pages et des sites infectés. Ces pirates vont jusqu’à supprimer les webmasters légitimes de la liste des propriétaires identifiés des sites.    Il arrive de plus en plus souvent que des pirates ayant compromis des sites web s’identifient eux-mêmes comme l’un des propriétaires de ces sites dans la Search Console de Google, constatent les chercheurs de la société Sucuri, spécialisée dans la sécurité sur Internet. Dans certaines circonstances, cela permet à ces attaquants d’agir plus longtemps sans être détectés. Précédemment connu sous le nom de Webmaster Tool, le service Search Console permet aux administrateurs de sites web de voir et comprendre où se situent leurs sites dans les résultats du moteur de recherche. Au-delà de ce type d’analyses, il permet aux webmasters de proposer de nouveaux contenus à indexer et de recevoir des alertes lorsque Google détecte des malwares ou des problèmes de spam sur leurs pages web (des mots-clés répétés abusivement). C’est particulièrement important car les infections entraînent des pertes de trafic et de réputation. Les utilisateurs qui cliquent sur des liens de résultats de recherche conduisant vers des sites hébergeant des malwares ou du contenu spammé reçoivent des avertissements inquiétants jusqu’à ce que ces sites soient nettoyés par leurs propriétaires. Sur les comptes utilisateurs de la Search Console, Google permet en fait à plusieurs personnes de se dire propriétaires d’un site. Cela n’a rien d’inhabituel puisqu’il y a généralement plusieurs intervenants. Les spécialistes des outils de recherche, notamment, sont souvent distincts des administrateurs de sites et tous utilisent les données de la Search Console dans leurs rôles respectifs. Il y a plusieurs façons de se faire identifier comme propriétaire, mais la plus simple consiste à charger un fichier HTML avec un code unique pour chacun dans le dossier racine du site. Or, de nombreuses failles qui permettent aux attaquants d’injecter du code malveillant sur les pages web leur ouvrent aussi des portes pour créer des fichiers sur les serveurs web sous-jacents. Ces pirates peuvent notamment exploiter des vulnérabilités pour s’identifier comme l’un des propriétaires du site dans Search Console en créant les fichiers HTML requis.     Les attaquants exploitent des techniques de BHSEO De tels abus deviennent de plus en plus courants. Sucuri cite pour preuve les multiples posts publiés à ce sujet sur les forums par les propriétaires de sites. Dans l’un des cas signalés, un webmaster a trouvé plus de 100 « utilisateurs vérifiés » dans sa console, note l’expert en sécurité Denis Sinegubko dans un billet. De nombreux pirates utilisent des sites compromis pour créer de fausses pages, tromper le classement des résultats de recherche et diriger le trafic vers d’autres pages à contenu dupliqué, ce qui permet aux attaquants d’exploiter des techniques d’optimisation de type BHSEO (black hat search engine optimization).   Devenus propriétaires vérifiés sur des sites compromis, les pirates peuvent alors suivre tranquillement les performances de leurs campagnes […]

Les pratiques de Google dénoncées par 2 universitaires | Le Net Expert Informatique

Les pratiques de Google dénoncées par 2 universitaires Selon une étude réalisée par deux universitaires, Google porte préjudice aux consommateurs en favorisant ses propres services.    Un rapport publié par deux universitaires américains met en cause les méthodes de Google. Ils pointent notamment une pratique du moteur de recherche qui consiste à inclure avec des résultats de recherche généraux des liens redirigeant vers ses propres services. Selon l’étude parrainée par Yelp, lui-même plaignant dans le procès antitrust que l’UE a intenté au moteur de recherche, ce favoritisme vis à vis de ses propres services ne nuisent pas seulement aux concurrents, il nuit également aux consommateurs. L’étude révèle ainsi que les utilisateurs ont 45 % de chance de plus de cliquer sur les résultats de recherche organiques générés par le moteur de recherche de Google que sur des résultats mettant en avant les propres services de la firme de Mountain View, comme c’est le cas actuellement. « On peut estimer qu’en tirant parti de sa position dominante dans la recherche afin de promouvoir ses propres contenus, Google réduit le bien-être social, parce qu’il réserve aux consommateurs des résultats de qualité inférieure et les moins bonnes occurrences », ont constaté les chercheurs. L’étude « apporte la preuve empirique » que la place accordée dans certains cas par Google à ses propres produits porte préjudice aux utilisateurs. « On ne peut donc pas dire qu’un tel comportement soit favorable à la concurrence », ont déclaré Tim Wu, professeur à la Columbia Law Schéol, et Michael de Luca, professeur assistant à la Harvard Business Schéol.     Une enquête de l’UE sur les pratiques de Google  Leur étude a été en partie financée par Yelp, un site qui permet aux utilisateurs de noter les entreprises locales qui est par ailleurs l’un des plaignants à l’origine de l’enquête antitrust menée justement par la Commission européenne sur les pratiques de recherche de Google. Des données fournies par l’équipe scientifique de Yelp ont également été utilisées dans cette enquête. Tous ces résultats ont été présentés par Yelp lors de l’Antitrust Renforcement Symposium organisé le week-end dernier à l’Université d’Oxford, comme l’a indiqué une porte-parole de l’université britannique. Le rapport a également été envoyé vendredi à la Commission européenne, laquelle a refusé d’en commenter les conclusions. Pour fonder leurs résultats, les chercheurs se sont basés sur des enquêtes par clic réalisées auprès de 2690 internautes invités à participer à des tests comparatifs sur la présentation des résultats de recherche. Les chercheurs ont ainsi présenté deux séries de résultats de recherche sur des requêtes concernant des entreprises locales. Selon l’étude, en volume, ces requêtes représentent environ un tiers des recherches réalisés à partir d’ordinateurs desktop et plus de la moitié des requêtes effectuées à partir de terminaux mobiles. Actuellement, en ce qui concerne les résultats relatifs aux entreprises locales, « Google affiche généralement sept encarts commerciaux listant les résultats des services de recherche spécialisés de Google comme Google+ Local répartis en fonction de leur localisation », ont expliqué les chercheurs. Or Google qualifie ce panachage de résultats provenant de ses propres moteurs de recherche spécialisés dans les résultats de recherche généraux de « recherche universelle […]

Vous avez peur de Facebook ? Méfiez-vous plutôt de… tout

Vous avez peur de Facebook ? Méfiez-vous plutôt de… tout “En réponse aux nouvelles lignes directrices de Facebook et en vertu du code de la propriété intellectuelle, je déclare que mes droits sont attachés à toutes mes données personnelles, dessins, peintures, photos, textes, musiques… publiés sur mon profil. Pour une utilisation commerciale, mon consentement écrit est nécessaire.”   Le message s’est répandu comme une traînée de poudre sur le réseau social, depuis l’arrivée d’une nouvelle politique de confidentialité. 240 mots qui seraient censés mettre à l’abri l’internaute contre une éventuelle réutilisation de ses données personnelles, mais qui n’ont “aucune valeur juridique”, pointe la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Pour autant, ce message (qui a déjà sévi en 2012) révèle un malaise des Français face à Facebook. Comme après le (faux) bug qui a suscité une panique sur le réseau social, les internautes ne sont pas à l’aise avec l’utilisation de leurs données personnelles. Un sondage BVA, diffusé par “20 minutes”, pointe ainsi que 58% des Français ont une mauvaise opinion de Facebook. Celui qui compte 28 millions d’utilisateurs dans l’Hexagone voit son image bien plus écornée qu’Amazon ou Apple. Pis, Google s’en tire avec une perception “plutôt bonne” auprès de 81% des sondés. Erwan Lestrohan, directeur d’études de BVA Opinion, explique au quotidien : Sur Google, on entre des mots-clés. Sur Apple et Amazon, des données bancaires. Facebook est la seule [plateforme] sur laquelle on stocke de nombreuses données privées. Ça génère un peu plus d’inquiétudes et ça touche plus à l’affect.”   Ne pas oublier le (condamné) Google   Cette crainte réelle se justifie en partie. Dans ses conditions d’utilisation, le réseau social prévoit que l’internaute lui “donne l’autorisation d’utiliser” les informations personnelles, dont les photos, qui sont partagées sur la plateforme. Néanmoins, il faut reconnaître que Facebook a fait de nombreux efforts pédagogiques pour expliquer ses pratiques et surtout permettre aux utilisateurs de mieux se saisir des paramètres de confidentialité. Ainsi, la nouvelle politique d’utilisation des données s’est accompagnée d’une page – intitulée “Vous avez le contrôle” – permettant de mieux comprendre et appréhender les retords paramètres. En somme, une sorte de tutoriel géant sur l’utilisation avancée de Facebook.   Evidemment, il convient de prendre au sérieux les empiètements sur la vie privée sur internet. Seulement, Facebook est loin d’être le seul acteur qui doit préoccuper les internautes. Google devrait même arriver en tête de ce classement.   L’Américain est en effet en capacité de dresser un incroyable profil des consommateurs en se basant sur son énorme base de données personnelles. D’abord, il dispose d’un historique de l’ensemble des recherches effectuées sur le web, mais aussi ses robots lisent les contenus des e-mails, tandis que les smartphones Android enregistrent les géolocalisations tout en comptant le nombre de pas… A ces couches pourraient bientôt s’ajouter les équipements Nest, permettant d’en savoir plus sur les pratiques dans la maison. Effrayant ? C’est peu de le dire. Surtout que l’intégralité de ces informations sont croisées. C’est d’ailleurs pour cette raison que la Cnil a condamné le géant à 150.000 euros d’amende (soit 0.01% de ses recettes annuelles dans l’Hexagone). L’ensemble de […]

Obligation de résultat pour une agence de référencement de Sites Internet. Jurisprudence en vue ?

Obligation de résultat pour une agence de référencement de Sites Internet. Jurisprudence en vue ? Par un jugement du 28 octobre 2014, le Tribunal de commerce de Paris a condamné un prestataire à rembourser son client pour n’avoir pas amélioré le référencement de son site.   Le tribunal a appliqué une clause du contrat de référencement par lequel le prestataire s’était engagé à atteindre “un positionnement minimum sur 50 %” des expressions clés convenues dans les deux premières pages des moteurs de recherche d’ici la fin de l’année de la prestation.   Or, le positionnement du site sur les moteurs de recherche avait diminué. Le client avait donc demandé le remboursement du contrat, pour non respect de ses engagements. Au contraire, le prestataire estimait que l’obligation de résultat prévue initialement au contrat s’était transformée en obligation de moyen, du fait d’un manque de collaboration du client.   Outre le fait que le contrat prévoyait bien un obligation de résultat, le Tribunal de commerce n’a pas suivit cette argumentation car il a estimé que le prestataire n’avait pas apporté la preuve que le client n’avait pas été suffisamment rapide et réactif. De plus, le Prestataire ne s’était jamais plaint du manque de rapidité et de collaboration du client lors de l’éxécution du contrat de référencement. Le Prestataire n’avait, par ailleurs, pas réagi au problème de lien retour que subissait le site, alors qu’il était connu depuis de nombreux mois. Ce jugement rappelle de porter une attention toute particulière aux obligations du prestataire dans les contrats de référencement. A partir du moment ou un clause est chiffrée, elle peut devenir une obligation de résultat et non une simple obligation de moyens… Définitions : Obligation de moyens : L’obligation de moyens (Article 1137 du Code civil) est une obligation en vertu de laquelle le débiteur doit déployer ses meilleurs efforts pour atteindre l’objectif visé ; elle s’oppose à l’obligation de résultat, par laquelle un objectif est donné. Il s’agit d’une d’une appréciation site ‘in abstracto’, c’est-à-dire en référence à un modèle abstrait de “l’Homme raisonnable”. La responsabilité du débiteur d’une obligation de moyens ne peut être engagée du seul fait qu’il n’a pas atteint un résultat (chiffré par exemple). Dans cette éventualité, c’est au créancier de démontrer que le débiteur n’a pas été assez diligent dans sa tentative d’exécution de son obligation. Par contraste, la responsabilité du débiteur au titre d’une obligation de résultat pourra être engagée sur la simple constatation que le résultat convenu n’a pas été atteint. Le débiteur ne peut s’exonérer de sa responsabilité qu’en prouvant la survenance d’un cas de force majeure.   Obligation de résultat : Obligation pour le débiteur d’atteindre un résultat précis.   Cet article vous à plu ? Laissez-nous un commentaire (Source de progrès)   Source :  http://www.avocat-rainio.com/amelioration-du-positionnement-obligation-de-resultat-a-respecter.html  

image_pdfimage_print

Accès direct aux Thèmes

Derniers articles


Le Net Expert - 1, les Magnolias - 84300 Cavaillon
Contactez-nous - Newsletter - Mentions légales
Connexion à distance